“Les missionnaires tués: une espérance pour le monde”

Le 24 mars, anniversaire de l’assassinat de Mgr Oscar A. Romero, archevêque de San Salvador (1980), on évoque depuis quinze ans tous les missionnaires qui sont morts dans le monde au service de l’Evangile et de l’annonce du Christ. L’initiative, née en 1993 du Mouvement de jeunesse missionnaire des Œuvres pontificales missionnaires italiennes, s’est étendue désormais à plusieurs autres pays. Nombreux sont les diocèses et les instituts religieux qui consacrent un moment dans l’année à évoquer leurs missionnaires martyrs et tous ceux qui ont versé leur sang pour la cause de l’Evangile.

Le thème choisi pour cette XVe Journée est : « Les missionnaires tués : une espérance pour le monde ». « Face à un monde qui a de plus en plus peur de l’avenir, face à des hommes et des femmes qui ne sont plus capables d’élever le regard et de rêver, les missionnaires tués nous invitent à être encore plus forts dans la foi, à croire qu’une nouvelle humanité est possible, à espérer en un avenir meilleur – lit-on dans le document préparé par le Mouvement de jeunesse missionnaires pour cette journée. Une vie dépensée par amour peut transformer les consciences, changer les mentalités et la vie. Plutôt qu’un motif de tristesse, le martyre dans l’Eglise est vécu comme une source de force, d’énergie et d’espérance, pour continuer sur la même route que le Christ, sans aucune autre défense que l’Evangile ».

« Les martyrs nous donnent la force d’aller de l’avant. Ce sont des hommes et des femmes qui ont montré à la suite du Christ que le pardon et l’amour étaient plus forts que la haine ; par leur sacrifice ils nous montrent que le Seigneur est encore aujourd’hui ressuscité et vivant, celui qui vainc le mal et la mort. Sans leur témoignage le monde serait plus pauvre et plus aride, ce serait encore plus difficile d’espérer. Dans les nombreuses obscurités que le monde traverse, les martyrs brillent comme des étoiles et par leur témoignage éclairent le chemin de l’humanité vers la lumière qu’est le Christ. Le souvenir du sacrifice des missionnaires tués pour l’évangile rend présentes aujourd’hui la passion, la mort et la résurrection de Jésus-Christ, source et jaillissement de l’espérance pour le monde ».

L’invitation à célébrer cette journée est adressée aux communautés paroissiales, aux communautés de vie consacrée, aux séminaires, aux groupes et aux associations, aux mouvements et au monde missionnaire en général. Le document préparé par le Mouvement de jeunesse missionnaire présente diverses suggestions, autant pour la prière (un modèle pour l’adoration eucharistique, pour le chemin de croix et pour la veillée de prière) que pour quelques gestes : la visite à ceux qui souffrent de corps et d’esprit, l’acte d’offrir sa souffrance pour les missions, de donner son sang pour sauver des vies humaines, d’accueillir pour la journée une personne pauvre ou étrangère. Les offrandes correspondant au repas qui n’aura pas été consumé pendant cette journée de jeûne seront destinées à un projet de solidarité en soutien des communautés chrétiennes au Liban : ainsi le sang des martyrs servira-t-il à faire renaître l’espérance dans un des lieux du monde les plus marqués par la haine et par la violence.