Rome, 5 décembre 2014

« L’avenir de l’humanité passe par la famille », affirme le pape François qui plaide pour que « la femme ne soit pas forcée pour des raisons économiques à assumer un travail trop dur et des horaires trop lourds » en plus de ses responsabilités au sein de son foyer.

 « Les engagements de la femme, à tous les niveaux de la vie familiale, constituent aussi une contribution incomparable à la vie et à l’avenir de la société », affirme-t-il.

Le pape a fait parvenir un message aux participants du Festival de la famille organisé à Riva del Garda (Trente) du 1er au 6 décembre 2014 sur le thème : « L’écosystème vie et travail. Travail de la femme et natalité, bien-être et croissance économique ».

La rencontre a pour objectif d’offrir des pistes d’action pour que la famille soit « davantage protagoniste dans le contexte social, culturel et politique » de l’Italie.

Le pape souligne la « position irremplaçable et fondamentale de la famille dans la société civile et dans la communauté ecclésiale » : « l’avenir de l’humanité passe par la famille ».

Il exhorte à chercher des réponses concrètes pour « articuler les devoirs de la famille et de la société, en particulier dans les rapports entre vie professionnelle et vie familiale » : il s’agit de « pratiquer la solidarité et la subsidiarité, c’est à dire une synergie entre public et privé, entre entreprises et familles ».

Le pape préconise en particulier de se pencher sur le travail des femmes : « beaucoup expriment le besoin d’être mieux reconnues dans leur droits, dans la valeur des missions qu’elles remplissent dans les divers secteurs de la vie sociale et professionnelle, dans leurs aspirations au sein de la famille et de la société ».

« Certaines sont lassées et même écrasées par la lourdeur des engagements et des devoirs, sans trouver suffisamment d’aide et de compréhension », ajoute-t-il, appelant à « agir pour que la femme ne soit pas forcée pour des raisons économiques à assumer un travail trop dur et des horaires trop lourds », en plus de « toutes ses responsabilités de maîtresse de maison et d’éducatrice des enfants ».

« Mais surtout il faut considérer que les engagements de la femme, à tous les niveaux de la vie familiale, constituent aussi une contribution incomparable à la vie et à l’avenir de la société », souligne le pape.

Il encourage également à étudier « le statut juridique et social des familles en général et de l’aide qui doit être offerte à ceux qui sont désavantagés sur le plan matériel et moral ».

Le pape plaide pour que les familles bénéficient « d’une aide appropriée de la part de l’État et des entreprises pour la mise au monde et l’éducation de leurs enfants », faisant observer que « l’évolution démographique préoccupante exige une stratégie extraordinaire et courageuse en faveur des familles », ce qui aidera à « une relance économique du pays ».

Enfin, il exprime sa préoccupation pour le chômage des jeunes : « le manque de travail démoralise la personne, qui se sent inutile à ses propres yeux, et appauvrit la société, qui est privée de l’apport de forces efficaces et pleines de bonne volonté ».

Si la famille a des droits, elle a aussi des devoirs envers la société, devoirs qui consistent à « offrir sa collaboration au service de la communauté », conclut le pape en donnant sa bénédiction apostolique, pour « soutenir tout projet en faveur de l’institution familiale, cellule vitale de la société ».