Le Pape François et les Evêques d’Afrique en 2014 au Vatican

eveques africains(RV) Le Pape François n’a peut-être pas encore visité le continent africain mais nous pouvons affirmer de par ses nombreux appels dans le domaine de la justice et de la paix en faveur du continent africain,  ce très cher et beau continent qu’il porte dans son cœur. François l’a fait notamment à de nombreuses reprises lors de sa rencontre avec les Evêques de 22 pays africains en Visite ad Limina durant l’année 201

Une rétrospective d’Honoré Onana Olah:

A l’occasion de sa première rencontre, le 24 mars avec les Evêques de Guinée-Conakry, le Pape leur a notamment suggéré « d’inviter les laïcs, en particulier les plus jeunes, à témoigner de leur foi en s’engageant davantage dans la société, montrant ainsi l’attachement qu’ils ont pour leur pays, » afin « qu’ils soient toujours et partout des artisans de paix et de réconciliation pour lutter contre l’extrême pauvreté à laquelle la Guinée se trouve confrontée. » Le 28 mars, François a reçu les Membres de la Conférence Episcopale de Madagascar, à qui il a rappelé que les valeurs que le Créateur a insufflées dans la culture malgache, puissent « continuer à être transmises en les illuminant de l’intérieur par le message évangélique. Ainsi la dignité de la personne humaine, la culture de la paix, du dialogue et de la réconciliation pourront retrouver toute leur place dans la société en vue d’un avenir meilleur. » Aux Evêques du Rwanda le 03 avril, le Saint-Père a aussi rappelé que vingt ans après les tragiques évènements du génocide, « la réconciliation et la guérison des blessures » doivent rester « la priorité de l’Église au Rwanda. » Le 07 avril, à la Conférence épiscopale de Tanzanie, le Successeur de Pierre a souhaité sa reconnaissance pour les « efforts constants en vue de promouvoir le pardon, la paix et le dialogue » « dans des situations difficiles d’intolérance et, parfois, de violence et persécution. » Le 25 avril, aux Evêques de la Conférence épiscopale du Botswana, d’Afrique du Sud, et du Swaziland, le Pape François a apprécié le fait que les  Evêques du Botswana, d’Afrique du Sud et du Swaziland, soient unis à leur « peuple dans les lieux où il vit, travaille et étudie, solidaires du grand nombre de chômeurs » dans leurs pays.

Toujours s’inspirer de l’Evangile

Aux Evêques du Burundi le 05 mai, le Pape a souligné combien « les efforts courageux d’évangélisation » qu’ils déploient dans leur « ministère pastoral portent de nombreux fruits de conversion et de réconciliation. » Aux Membres de la Conférence épiscopale d’Ethiopie et d’Erythrée, le 09 mai, François les a remerciés « pour les généreux projets sociaux » qu’ils offrent en s’inspirant de l’Evangile, en collaboration avec diverses institutions religieuses, caritatives et gouvernementales, afin de soulager » les souffrances des populations. Le 02 juin, le Saint-Père a demandé aux Evêques du Zimbabwe de guider leur « peuple aussi bien noir que blanc » vers la « réconciliation » qui « n’est pas un acte isolé mais un long processus grâce auquel chacun se voit rétabli dans l’amour, un amour qui guérit par l’action de la Parole de Dieu». Le 06 septembre, le Successeur de Pierre a demandé aux Evêques du Cameroun, « l’unité du clergé » et d’accompagner « la vie consacrée » « afin que, enracinée dans le Christ au service du Royaume, elle reste toujours un témoignage prophétique et un modèle en matière de réconciliation, de justice et de paix ». Aux Evêques de la République Démocratique du Congo, le 12 septembre, le Pape François a rappelé qu’on attend d’eux « vigilance et sollicitude dans la défense des valeurs spirituelles et sociales : vous êtes appelés a-t-il souligné, à proposer des orientations et des solutions pour la promotion d’une société fondée sur le respect de la dignité de la personne humaine. » Le 18 septembre aux Evêques de Côte d’Ivoire, le Pape les a invités « à prendre toute la part qui est » la leur « dans l’œuvre de réconciliation nationale, en refusant toute implication personnelle dans les querelles politiques au détriment du bien commun. » Le 23 septembre aux Evêques du Ghana, François a dit prier pour qu’ils soient « des promoteurs toujours plus grands d’unité et des responsables au service du dialogue ! »

Le bien commun en vue de faire rayonner l’Evangile

Aux Membres de la Conférence Episcopale du Tchad le 02 octobre, le Saint-Père a rappelé qu’il était « très important de maintenir les bonnes relations qui se sont nouées avec les autorités civiles » la ratification de l’ « Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Tchad » permettrait « un plus grand rayonnement de l’Évangile ! » Le 06 novembre aux Evêques du Malawi, François a souligné que « la communion » qu’ils vivent, « et qui est le signe de l’unité de l’Église universelle, » leur « a permis de parler d’une seule voix sur des questions importantes pour la nation en général. De cette façon, a-t-il ajouté ils assurent « que le message évangélique de réconciliation, de justice et de paix est proclamé pour le bien de la société tout entière. » Aux Membres de la Conférence Episcopale du Sénégal, Mauritanie, Cap-Vert et Guinée Bissau, le 10 novembre, le Pape a dit être « heureux » pour leur œuvre de « persévérance, » en faveur de « la paix et de la réconciliation ». A l’occasion, le 17 novembre, de sa dernière rencontre avec les Evêques d’Afrique en 2014, le Pape François a demandé aux Evêques de la Zambie, d’œuvrer auprès des responsables politiques pour « le bien commun ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>