En Guyane, les prêtres seront à nouveau rémunérés par l’Etat

RV2335_ArticoloEn Guyane, le long feuilleton administratif et judiciaire durait depuis des mois ; cette semaine le tribunal administratif de Cayenne a tranché : le conseil général devra continuer à rétribuer les prêtres catholiques. Comme en Alsace et en Lorraine, les prêtres de Guyane sont rémunérés par l’Etat. Cette rétribution est toujours régie par une ordonnance royale de Charles X de 1828 comprenant le paiement des ministres du culte. La loi de séparation des Églises et de l’État n’ayant jamais été promulguée dans les colonies, la situation juridique antérieure continue de prévaloir dans ce département au seul bénéfice du clergé catholique.

Il y a quelques mois, le conseil général avait décidé, brutalement et unilatéralement de suspendre ses versements. 26 prêtres sur les 38 que compte actuellement la Guyane avaient ainsi cessé d’être rémunérés de la part du département alors que la collectivité territoriale continuait à rétribuer l’évêque de Cayenne, Mgr Emmanuel Lafont. Le conseil d’administration de la mission catholique de Guyane avait été contraint de saisir la justice et l’évêque avait jeûné plusieurs jours pour sensibiliser ses diocésains au denier de l’Eglise. En octobre, pour contraindre le président du Conseil général à régler les salaires dus aux prêtres du département, le Tribunal administratif avait procédé à des mandatements d’office sur le budget du département et ordonné une saisie arrêt sur les comptes du conseil. Cette semaine, il a sommé le président de rétablir sans délai les versements mensuels.

Mgr Lafont s’est dit toutefois prêt à négocier la sortie de ce privilège, un héritage de la Restauration qui ne correspond plus, selon lui, à la nouvelle société guyanaise, multiculturelle et multireligieuse. Mais les catholiques guyanais ne semblent pas prêts à financer leur Eglise. Selon l’évêque de Cayenne, les mentalités sont longues à changer. D’autre part, les ressources globales du diocèse devraient doubler pour rémunérer les prêtres et construire des églises. La Guyane est le diocèse le plus vaste par la taille mais aussi l’un des plus pauvres de France. Il manque de tout, en particulier de bâtiments : églises, centres de formation, salles paroissiales…Seuls 4 de ses 38 prêtres sont originaires du département (avec Afp/La Croix)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>