Commentaire de l’Evangile de ce dimanche 25 janvier

Le Père Pascal Montavit nous offre son commentaire de l’Evangile de ce dimanche 25 janvier. Evangile selon Saint Marc: 1,14-20.  « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. »

Ecoutons le commentaire du Père Pascal Montavit:

 

L’Evangile de ce jour nous permet de méditer sur l’appel de Dieu. Jésus passe au bord du lac et appelle ses quatre premiers disciples. Ce récit nous révèle la manière dont le Seigneur appelle. Dieu prend l’initiative et c’est à l’homme de donner librement sa réponse.

Tout d’abord, l’appel de Dieu nous rejoint dans ce que nous sommes. Il est dit que Simon et son frère étaient des pêcheurs. Jésus les appelle en leur disant : « Venez derrière moi. Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes » (Mc 1,17). Jésus, pour faire comprendre son appel, part de la profession même de Simon et de son frère. Bien sûr, entre des poissons et des hommes, il y a une grande différence et Simon et André mettront du temps avant de mesurer toute la portée de cet appel. Mais, au point de départ, Jésus montre qu’il connaît qui ils sont et qu’il sait ce qu’ils font. L’appel de Dieu est donc accompagné de cette certitude que le Seigneur nous connaît. Il connaît nos qualités, mais aussi nos défauts, nos faiblesses. Remarquons aussi qu’avant de dire « Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes », Jésus leur dit « Venez derrière moi », c’est à dire mettez-vous à ma suite. Sûrement, Simon et André ne mesurent pas toute la portée de cette parole. Mais ils vont progressivement comprendre que pour œuvrer pour le Royaume, il faut d’abord se convertir personnellement, se mettre à l’école de Jésus et apprendre de lui.

L’appel de Dieu est spécifique pour chaque homme. Une lecture rapide pourrait faire croire que l’appel de Simon et André est identique à celui de Jacques et Jean. Pourtant, il est dit des premiers : « laissant là leurs filets, ils le suivirent » alors que pour les seconds, il est dit : « Alors, laissant dans la barque leur père avec ses ouvriers, ils partirent derrière lui ». Les premiers laissent leurs filets, les seconds laissent aussi leur père qui est dans la barque. Parfois, on reconnaît dans cette différence, la distinction entre un appel du Seigneur pour œuvrer dans le monde, c’est à dire une vocation séculière, et un appel à la vie religieuse qui conduit à se retirer du monde en renonçant de manière beaucoup plus exigeante aux liens familiaux. Quoiqu’il en soit, il est important de comprendre que chaque appel est unique. Même si le fond reste commun, c’est à dire se mettre à la suite de Jésus, le Seigneur appelle chacun en fonction de ce qu’il est.

Enfin, il est précisé que Simon et André, Jacques et Jean, quittent aussitôt ce qu’ils sont en train de faire pour se mettre à la suite de Jésus. Ce aussitôt est important. Il témoigne d’un acte de confiance. Bien sûr, il est nécessaire de prendre le temps de discerner et, durant ce temps, de se laisser aider par les autres. Mais en ce qui concerne la disposition du cœur, notre réponse est appelée à avoir un effet immédiat. Oui Seigneur, j’ai confiance en toi et je suis à ta disposition. Ce ‘oui’ doit être renouvelé chaque jour parce que la tentation de regarder en arrière sera toujours présente.

En ce jour, nous pouvons prier pour tous ceux que le Seigneur appelle à le suivre de manière particulière. La moisson est abondante et les ouvriers sont peu nombreux. Prions le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour son Royaume.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>