France : la « morale laïque », une arme contre l’intégrisme ?

(RV) Entretien – Laïcité et valeurs républicaines, apprentissage de la citoyenneté, réduction des inégalités : la ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a détaillé jeudi 22 janvier des mesures pour un coût de plus de 250 millions d’euros sur trois ans, au nom de la « mobilisation » de l’école pour la République après les attentats à Paris et les incidents qui ont suivi dans certains établissements.

L’école « ne tolère aucune remise en cause des valeurs de la République », a souligné Najat Vallaud-Belkacem, affirmant vouloir lutter contre le « repli identitaire », les « théories du complot », la « défiance » à l’égard des médias et le « péril du relativisme généralisé ».

François Hollande a apporté mercredi 21 janvier son soutien aux enseignants « en première ligne » après les attentats terroristes, affirmant qu’aucun incident dans l’école mettant en cause leur autorité et les valeurs de la République ne sera laissé sans suite. Dans ses voeux au monde éducatif prononcés à la Sorbonne, le président de la République a par ailleurs annoncé la création dans chaque académie de groupes de volontaires, des « réserves citoyennes », pouvant intervenir dans les établissements scolaires. Il a souhaité qu’avec ce dispositif, « collectivités territoriales, associations, élus, mais aussi entreprises travaillent ensemble pour permettre la réussite éducative des élèves », citant parmi les intervenants possibles, « journalistes, avocats, acteurs culturels ».

Il a salué les enseignants qui ont su « faire face à toutes ces réactions qui ont été inspirées par ces horreurs : l’émoi, la peur, le silence, parfois le déni et il y a pu avoir aussi de la provocation ».

Dans ce contexte, les jeunes Français verront bientôt apparaître une nouvelle matière dans leur emploi du temps. Un enseignement moral et laïc devrait son apparition « à la rentrée 2015 ». C’est la concrétisation d’une annonce faite par Vincent Peillon, alors ministre de l’Éducation nationale du gouvernement Ayrault, en septembre 2012. Cet enseignement concernera tous les élèves, du cours primaire à la terminale et aura vocation à forger en eux un jugement citoyen libre et éclairé.

Rita Hermon-Belot est directrice du Centre d’Etudes interdisciplinaires des Faits religieux à Paris, et spécialiste de la question de la laïcité dans l’histoire de France. Il y a, selon elle, urgence à former les enseignants eux-mêmes sur cette notion de politique complexe avant de leur demander de la transmettre à leurs élèves. Des propos recueillis par Fanny Cheyrou.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>