Il y a deux ans, le départ discret de Benoît XVI

Benoit 16(RV) Un anniversaire éclipsé par l’extraordinaire popularité du Pape François. Il y a deux ans, le monde catholique, et pas seulement, avait été surpris par le départ discret de Benoît XVI. Une foule émue jusqu’aux larmes avait assisté à sa dernière apparition publique à la résidence de Castel Gandolfo, s’interrogeant avec inquiétude sur l’avenir de l’Eglise. C’était le 28 février 2013.

Le récit d’Olivier Bonnel

Castel Gandolfo, 28 février 2013, la nuit tombe : installé dans ses appartements d’été, Benoît XVI salue brièvement la foule depuis son balcon, avant de s’éclipser. A 20 heures, devant le porche, les Gardes suisses montant la garde lèvent le camp ouvrant la période du siège vacant. Autrement dit de l’interrègne.

Un peu plus tôt, un hélicoptère blanc avait décollé du Vatican pour emmener le pape démissionnaire vers la résidence pontificale située à une trentaine de kilomètres de Rome. Pour la première fois depuis sept siècles, un Pape avait quitté de son vivant et de sa propre volonté le trône de Saint Pierre, laissant à son successeur une Eglise catholique aux eaux agitées dans un monde en pleine mutation, marqué par la sécularisation et le relativisme.

Le 11 février, dans une décision historique, Benoît XVI avait annoncé sa décision de renoncer à sa charge, pour le bien de l’Eglise, après un pontificat de huit ans marqué par des polémiques et des scandales. Les dernières heures de son pontificat furent pleines de symboles : le matin de son départ, devant les cardinaux qui allaient participer à l’élection de son successeur, il affirmait : « parmi vous se trouve le prochain Pape auquel je promets déférence et obéissance inconditionnelles ». La veille, il avait présidé devant une foule émue sa dernière audience générale place Saint-Pierre.

Depuis deux ans, le Pape émérite se consacre à la prière dans un ancien monastère niché sur la colline du Vatican, loin du brouhaha médiatique qui entoure le Pape en exercice. Suivant un rythme très régulier, il lit beaucoup, reçoit des visites, joue du piano et se promène dans les jardins du Vatican. Benoît XVI est discret, réservé. Et quand il apparaît en public, c’est à la demande de son successeur, le Pape François.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>