Les Gardes du Tigre, première brigade irakienne chrétienne contre Daesh

milice cCette nouvelle brigade de l’armée irakienne exclusivement composée de chrétiens combat l’Etat islamique aux côtés des peshmergas kurdes.

Non, ce n’est pas une brigade, même si son nom pourrait rappeler des souvenirs télévisés en France… Il s’agit, très sérieusement, d’une nouvelle troupe 100% chrétienne au sein de l’armée irakienne, appelée à combattre les islamistes de Daesh? Au total, 600 combattants sont regroupés dans la nouvelle brigade des Gardes du Tigre. Ils ont officiellement défilé jeudi 12 mars à Fishkabur, au nord-ouest de l’Irak. Cette unité est placée sous le commandement du gouvernement autonome du Kurdistan irakien et combat donc aux côtés des peshmergas.

Reconnaissance des milices chrétiennes

Cette unité existe en fait depuis 2004, date à laquelle elle avait été créée pour défendre les églises assyriennes de la plaine de Ninive. Dans cette région du nord de l’Irak, les chrétiens persécutés se sont organisés en milices, dont certaines sont autonomes, tandis que d’autres combattent aux côtés des Kurdes contre l’Etat islamique. Ce défilé militaire est un signe encourageant de bonne volonté de la part du gouvernement Kurde, qui souhaite intégrer officiellement des brigades confessionnelles à son dispositif.

Combattre pour l’Irak de demain

Par le passé déjà, les chrétiens ont participé aux combats den Irak. Didier Rance, ancien président de l’Aide à l’Eglise en Détresse et fin connaisseur de la situation des chrétiens d’Orient, décrivait après la guerre Irak-Iran : « Les cimetières irakiens sont remplis de croix autant que de croissants, et un sentiment national dépassant les clivages confessionnels et beaucoup moins hostile aux chrétiens semble s’être forgé au cours des neuf années de guerre ». C’était avant les interventions américaines en Irak, qui entrainèrent, avec la détestation de l’Amérique, la défiance à l’égard des chrétiens, considérés comme une « cinquième colonne » de l’Occident.

Lutter contre l’Etat islamique

Le combat contre l’Etat islamique mené par les milices chrétiennes les place de facto aux côtés des Kurdes : l’Irak Chiite, défendue par l’armée régulière irakienne, au sud du pays ne les concernent plus. L’Irak du Baas, inspiré par le fondateur de ce parti, Michel Aflak, un chrétien qui voulait fonder une république arabe laïque, est bien mort. Dans cet Irak ancien, chrétiens, sunnites, kurdes sunnites et chiites mouraient sous le même drapeau. Certes, les sunnites étaient surreprésentés dans le corps des officiers et les minorités dans les cimetières, mais l’illusion de l’unité de la nation était maintenue. Dans l’Irak en trois partie qui se dessine, les chrétiens devront trouver leur place, probablement au sein du Kurdistan, et on peut espérer qu’une fraternité de fait unisse ces deux minorités éprouvées. Pour que cette réconciliation soit parfaite et les chrétiens tout à fait rassurés sur les intentions de leurs protecteurs, il faudrait que les Kurdes reconnaissent leurs torts… Notamment le rôle qu’ils ont joué lors du génocide de 1915, mais c’est certainement viser un peu haut.

Sylvain Dorient

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>