Homélie du dimanche de la Trinité B

holy-trinity-cc-CharlesFredNous marchons vers le Père, par le Fils, dans l’Esprit.
Nous marchons vers le Père d’abord.

Le Père… mystère d’un Dieu origine et source de l’univers et de tout homme… mystère d’un Dieu qui crée l’homme à son image, l’enveloppant de son amour. Voilà qui me met en communion avec tout homme, croyant ou non, qui lui aussi est aimé de Dieu.

Le Père… mystère d’un Dieu invisible, qui est « aux cieux », c’est-à-dire bien au-delà de tout ce qu’on peut dire de Lui dans nos pauvres mots d’hommes… mystère d’un Dieu que l’on ne peut pas posséder, qu’on a jamais fini de connaître et d’explorer. Rappelons-nous ce que disait St Jean de la Croix: « Plus tu connaîtras Dieu, plus tu avoueras que tu peux toujours moins exprimer ce qu’il est ». Ceci me met en communion profonde avec tous les hommes de par le monde en quête de spirituel, qui pressentent – maladroitement peut-être – qu’ « il y a quelque-chose ou quelqu’un au -dessus de nous ».

Le Père… mystère d’un Dieu qui met en marche, qui fait bouger et qui appelle les hommes, les précédant et les enveloppant de son amour. La foi n’est pas un savoir, mais une histoire ; pas une connaissance, mais un chemin. Dieu n’est pas un principe abstrait, une vague déité, un grand Tout… mais Quelqu’un qui a créé l’homme pour en faire son vis-à-vis. Quelqu’un qui vient à ma rencontre.

Nous marchons vers le Père par le Fils ensuite.

Le Fils… mystère d’un Dieu qui se fait proche, qui vient vers nous sans nous donner le temps de chercher le meilleur moyen d’aller vers lui !… d’un Dieu qui a pris visage humain (« Qui m’a vu a vu le Père » , dit Jésus à Philippe). Voilà qui nous invite à prêter attention aux Écritures qui lui rendent témoignage.

Le Fils… mystère d’un Dieu vulnérable par amour. Dieu ne pouvait pas souffrir… Voici que par l’Incarnation du Fils en Jésus, Dieu, par amour, decend dans notre souffrance, dans notre mort, dans l’enfer abyssal que savent se créer les hommes, pour ramener les brebis perdues que nous sommes dans la maison du Père. Jésus qui nous dit que l’amour du prochain visible vérifie l’authenticité de notre amour pour Dieu invisible ! Voilà une première balise pour guider notre route.

Le Fils… mystère d’un Dieu qui prend corps ! Ce corps, aujourd’hui,ce sont nos frères. C’est ensemble que nous marchons vers le Père, en Église. Voilà une deuxième balise.

Nous marchons vers le Père, par le Fils et dans l’Esprit, enfin.

L’Esprit… mystère d’un Dieu qui travaille les hommes de l’intérieur, qui suscite notre émerveillement et fait de nous des contemplatifs. L’Esprit… mystère d’un Dieu fidèle qui assiste l’Église pour qu’elle traduise l’Évangile dans un contexte toujours nouveau… mystère d’un Dieu qui nous délivre de l’obsession de la lettre du précepte pour faire appel à notre conscience et éduquer notre liberté et notre responsabilité ! L’Esprit… mystère d’un Dieu plein d’humour, qui signe son passage par la paix et la joie… une joie, dit Jésus, « que rien ni personne ne pourra nous ravir ».

Nous marchons vers le Père, et cela nous ouvre à des solidarités insoupçonnées… Nous cheminons par le Fils, qui nous procure des balises pour guider notre route… Nous cheminons dans l’Esprit, la force et l’amour même de Dieu qui nous empêche de céder au découragement…

Le Père, le Fils et l’Esprit, tels les trois hôtes d’Abraham de la célèbre icône d’Andreï Roublev, quémandent aujourd’hui notre hospitalité. Avec eux donc, dans lunité d’un Dieu Amour en lui-même, goûtons cette halte et refaisons nos forces dans ce repas de l’eucharistie, avant de reprendre notre marche vers le Père, par le Fils, dans l’Esprit. Ô Dieu Unique et trois fois Saint !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>