Pape François : « Le démon entre par la poche ! »

Pape6Retour sur le long colloque du Pape avec les prêtres du 12 juin 2015, à Saint-Jean-de-Latran.

Les rencontres de François avec les pasteurs du grand troupeau qu’est l’Église universelle suscitent toujours l’intérêt de cette dernière, et la déception est rarement au rendez-vous. Le Pape, à l’aise et heureux au milieu de « ses » prêtres, trouve toujours de nouveaux mots et expressions pour parler du sacerdoce et répondre aux questions des ministres de l’Église.

Ce vendredi 12 juin 2015, en la fête du Sacré-Cœur de Jésus, il s’y est employé en présence des participants venus de tous les continents à la troisième retraite mondiale des prêtres organisée à Rome (10-14 juin) par le Service international du renouveau charismatique catholique et le mouvement Catholic Fraternity. Un long échange de deux heures en espagnol, difficile, donc, à restituer dans son intégralité. Mais quand la table est abondante, les miettes du festin suffisent à nourrir les absents. La preuve par ces extraits, traduits par Aleteia depuis Radio Vatican, sur des sujets « tous azimuts » :

La discussion, nécessaire dans l’Église

La discussion, la franchise et la confrontation donnent de la vitalité à l’Église. Les Églises sans discussion sont des Églises mortes. Dans les cimetières, personne ne discute de rien.

L’importance des femmes dans l’Église

Marie est plus importante que les apôtres. (…) Le génie féminin de l’Église est une grâce, parce que l’Église est femme : elle est « la » Église et non « le » Église. L’Église est Épouse du Christ. Et Mère du saint peuple des fidèles de Dieu. (…) Et ces femmes qui sont là [aujourd’hui dans la basilique] sont à l’image et à la ressemblance de l’Église et de Marie.

La certitude que Dieu pardonne

Dans les pires moments, quand vous vous serez disputés avec le Seigneur ou quand vous Lui aurez été infidèles, ne craignez pas ! Approchez-vous du tabernacle, ouvrez votre cœur et laissez couler vos larmes. Soyez certains du pardon de Dieu dans la confession.

Sacerdoce : pas de duplicité de cœur

Le peuple de Dieu sait reconnaitre quand un prêtre est amoureux de Jésus ou quand c’est un fonctionnaire à horaires fixes ou une personne qui suit la loi à la lettre. Je vous en supplie : pas de duplicité de cœur ! Qu’il y ait de l’amour et pas d’hypocrisie ; qu’il y ait de la miséricorde, de la tendresse. La première raison d’évangéliser est l’amour de Jésus, que nous avons reçu de Lui, l’espérance d’être sauvés par Lui. (…) Chaque prêtre sent dans son cœur que le Seigneur le met là, au service de son peuple, malgré et à cause de ses manquements et de ses infidélités. Et c’est là une chose merveilleuse.

L’indispensable dialogue d’amour silencieux avec Dieu

Si tu es là, devant le Saint-Sacrement et que tu dors, ne t’inquiète pas ! Laisse-toi regarder par Lui [le Seigneur, présent dans le Saint-Sacrement, ndlr), mais vas-y, vas-y, devant ce tabernacle ! Ne le lâche pas ! Et si tu ne sais pas quoi Lui dire, si tu es fatigué, dis-Lui que tu es fatigué ; et si tu t’endors, demande-Lui de te regarder et que l’Esprit-Saint prie pour toi, là, dans ce dialogue qui est un dialogue d’amour, un dialogue silencieux, sans parole.

L’homélie : parler au cœur des gens

Une idée, un mot, une image et un sentiment. N’oubliez pas que l’homélie n’est pas une conférence, ce n’est pas une leçon de catéchisme, c’est un sacrement ! Ne faites pas peur au peuple fidèle de Dieu, ne le faites pas fuir, ne perdez pas de temps, parlez-leur de Jésus, de la joie d’une foi ancrée en Jésus.

Le baptême ne se refuse pas

Je dois vous dire que cela me fait beaucoup de peine quand un curé ne baptise pas un enfant qui vient de naître parce qu’il est le fils d’une mère célibataire ou d’un père remarié. Il n’a pas le droit ! Le baptême ne se refuse pas ! Quand cela arrive [c’est que] le prêtre a un cœur de bureaucrate, qu’il est lié de façon étroite à la loi de l’Église. L’Église, qui est Mère, se transforme [ainsi] en « marâtre » pour de nombreux fidèles : s’il vous plaît, faites sentir que l’Église est toujours Mère. (…) N’ayez pas peur : miséricorde dans les confessions, miséricorde ! L’amour transforme et contamine !

Ce qu’est l’évangélisation

Le sécularisme ne se combat pas en faisant du prosélytisme, qui est une « caricature de l’évangélisation ». Mais en s’occupant des personnes, de la pauvreté, en annonçant l’Évangile et en témoignant, et cela sous toutes les latitudes, même les plus pauvres.

L’argent et le sacerdoce

Jésus a prêché les béatitudes : prêchez l’Évangile, soyez avec les pauvres. Le peuple fidèle de Dieu ne pardonnera jamais à un prêtre d’être attaché à l’argent et de traiter mal les gens. N’oubliez pas que le démon entre par la poche, c’est par là précisément qu’il entre. Et une fois qu’il est rentré, la seconde étape, c’est la vanité.

Non au cléricalisme

Ne cléricalisez pas ! Le cléricalisme est l’un des péchés et l’une des attitudes les plus pernicieux qui freinent la liberté de l’Église.

Repentance

Nous nous scandalisons quand des membres de l’État islamique brûlent vif un pauvre pilote dans une cage… Mais au cours de l’histoire, nous avons fait la même chose ! (…) Nous avons blessé notre sainte Mère l’Église ! Dans notre conscience, il doit y avoir ce pardon pour l’histoire de notre famille, pour toutes les fois où nous avons tué au nom de Dieu (les paroles du Pape rappellent par exemple que Jeanne d’Arc, pour ne citer qu’elle, a été condamnée au bûcher par des gens d’Église, ndlr).

Afrique et Europe

[Accueillir] ne suffit pas, c’est juste une réponse d’urgence. Ce qui est nécessaire, c’est que l’Europe aille en Afrique, non pour la dépouiller de ses richesses (bois, or, métal…), mais pour y investir ; pour que l’Afrique s’industrialise et qu’il y ait du travail, afin que les gens ne soient pas contraints de venir en Europe. La formation culturelle et l’assistance sanitaire dans laquelle l’Église est impliquée est également centrale et doit se développer, avec l’aide des chrétiens du monde entier.

Les réserves spirituelles de l’Asie

L’Asie est pour moi une des plus grandes promesses de l’Église. Et c’est pour cela que lors des deux derniers consistoires, [j’ai] voulu créer des cardinaux asiatiques, pour qu’ils soient témoins de toutes ces Églises dans l’Église de Rome. (…) L’Inde est une richesse merveilleuse. Dans la zone du Kerala, il continue à y avoir une grande quantité de vocations. (…) L’Occident est sur le chemin du relativisme, de l’hédonisme et du consumérisme. Au contraire, l’Asie a des réserves spirituelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>