COMMENTAIRE DU DOUZIEME DIMANCHE ORDINAIRE (ANNEE B) (Dimanche 21 juin 2015)

la-tempesta-sedataPAIN HEBDOMADAIRE DU CATHOLIQUE

I Traits définitoires du laïcat

Les laïcs constituent l’ensemble des chrétiens qui ne sont pas membres de l’ordre sacré et de l’ordre religieux (Lumen Gentium n° 31) et qui, de par leur baptême, sont incorporés au Christ et intégrés au peuple de Dieu, d’où leur participation, à leur manière, à la fonction sacerdotale, prophétique et royale du Christ.

 

II Textes du jour

Première lecture :  Job 38,1.8-11

Psaume : 106,21a.22a.24, 25-26a.27b, 28-29, 30-31

Deuxième lecture : 2 Corinthiens 5,14-17

Acclamation de l’évangile :

Evangile : Marc 4,35-41

 

III Commentaire

Dimanche dernier, les textes liturgiques nous ont enseigné qu’avec Dieu, nous pouvons espérer contre toute espérance. Les textes liturgiques de ce jour abordent un sujet semblable en mettant le mal au centre de nos préoccupations. Dans la première lecture, nous voyons Job qui est très douloureusement éprouvé par le mal. Dieu lui répond en affirmant sa puissance sur la mer, et, à travers elle, sur tout ce qui détruit l’homme. Si nous lisons la suite de ce récit, nous découvrons que Job va retrouver une situation encore plus belle que celle qu’il avait au début. Comme Job, les hommes peuvent crier leur souffrance vers Dieu. La bonne nouvelle c’est qu’il ne nous laisse pas désespérés. Il vient vers nous.

A ce titre, l’Évangile annonce une grande joie : Dieu, riche en miséricorde, a donné son Fils unique, « non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé » (Jean 3, 17). « Tout homme qui croit en lui (?) obtiendra la vie éternelle » (Jean 3, 16). Dieu en effet aurait des raisons pour condamner le monde, pour l’abandonner à son propre sort, puisque si souvent nos oeuvres sont mauvaises, notre coeur égoïste, notre volonté tordue. L’histoire de la première alliance, si bien résumée dans le livre des Chroniques (chapitre 36), décrit la perversion des hommes qui n’ont plus besoin de Dieu et qui subissent les conséquences de leur choix : la dévastation de Jérusalem. Et par contraste, nous voyons la grandeur de Dieu qui donne un nouveau commencement, par l’intermédiaire d’un roi clément et raisonnable, Cyrus, prince de Perse, qui est ouvert àla vérité et recherche le Dieu d’Israël. Il a la foi, alors que lui-même est païen.

Dans l’Evangile du jour, face à ce récit appelé habituellement La Tempête apaisée, il semble  capital de se poser la question : de quoi s’agit-il vraiment ? De la résolution d’un problème, en l’occurrence : apaiser une tempête  ou s’agit-il d’un récit de révélation ?

Bien sûr les vents sont calmés mais cet événement est au service de quelque chose de plus important. Pour un lecteur, familier de l’Ancient Testament, il est clair que Jésus accomplit des actions attribuées directement à Dieu dans les Psaumes. Il faudrait relire la première lecture et le psaume 106 (107) –- en entier ou du moins à partir des versets 23 et suivants pour admettre que Jésus accomplit alors un miracle en haute mer en tout semblable à ceux que Dieu réalisait autrefois.

« Réveillé, il menaça le vent » Marc décrit la scène comme un exorcisme avec le même vocabulaire : « menacer », « silence », « crainte »…

Chez les juifs, la mer représentait le lieu des puissances mauvaises comme le laissait entendre la première lecture. En dominant les eaux et le vent par sa Parole, Jésus manifeste sa puissance et sa domination sur tous les esprits mauvais.

En rapprochant le récit d’aujourd’hui de l’expulsion d’un esprit impur à Capharnaüm, nous trouvons les mêmes mots : «Tais-toi » et la même réaction des disciples : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Il commande même aux esprits impurs et ils lui obéissent’ (1,27).

Ce texte nous ramène à la question initiale et fondamentale de l’évangile : l’identité du Messie. Le centurion romain répondra en regardant le crucifié, à la fin du livre :  » Vraiment, cet homme était le Fils de Dieu » (15,39).

              Ambassadeur Théodore C. LOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>