Homélie du 22e dimanche ordinaire B

Lavage-mains2(1)Jésus pose la question : à quoi bon se laver les mains, si le cœur n’y est pas ? Cependant que les mamans se rassurent : Jésus ne dit pas que les enfants peuvent manger les mains sales ! Il ne parle pas d’hygiène, mais de religion. C’est sûr qu’il faut se laver les mains avant de passer à table autant pour ne pas tomber malade que pour ne pas dégoûter les autres.

Mais, pour les pharisiens, ces gestes étaient religieux. A l’origine de ces coutumes, il y a un sentiment de grande délicatesse à l’égard de Dieu. Se laver les mains donne au repas une signification sacrée : on mange devant Dieu et on le remercie de nous fournir le pain. C’est très beau !

Seulement voilà, c’est souvent le cas avec les hommes, les plus belles traditions se dénaturent avec le temps. Pour les pharisiens, ces pratiques de respect sont devenues une manière de séparer les hommes, de distinguer rituellement les purs des impurs. Les Juifs sont préservés de contact mauvais avec les païens, les justes sont écartés des pécheurs, les bien portants sont éloignés des malades.

Jésus, lui, dit que Dieu est ouvert à tous les hommes. Il accueille le contrôleur d’impôts méprisé, le centurion de l’armée d’occupation, le lépreux ou la femme de mauvaise vie. A quoi sert de se laver les mains, selon les rites, si le cœur est plein de pensées de mépris, de haine, de mesquinerie ou d’envie ? C’est tellement important de rassembler les gen, de les accueillir, de les écouter. C’est ce qu’aime Dieu.

Et Jésus ajoute quelque chose d’important : il faut changer ton cœur ! Sinon, tu feras comme Pilate, qui se lave les mains en condamnant l’innocent. Sinon tu seras semblable aux grands prêtres qui veillent à ne pas entrer dans le palais du Gouverneur pour éviter de se souiller près d’un païen. Ils croient rester purs et ils mènent à la croix le Fils de Dieu. Quelle fausseté !

C’est de ton cœur, pas de la boue des chemins, que vient tous les maux qui divisent les hommes et font parfois de la terre une sorte d’enfer. Aucune eau de nos fontaines ne peut ôter cette saleté là. C’est ton cœur mauvais qui te sépare de Dieu et des autres.

Mais tu peux le changer, en n’y laissant entrer que la Parole de Dieu. Tu peux le purifier, en laissant le regard de pardon de Jésus le laver. Alors, comme saint Pierre, qui a pleuré amèrement sa lâcheté, Jésus fera de toi un homme, une femme, au cœur doux et pacifié, aimant Dieu et ses frères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>