« Amoris Laetitia » «renouvelle le discours de l’Église» selon le Cardinal Schönborn

schonborn (RV) Avec « Amoris Laetitia », «François a fait un pas important  qui nous oblige à clarifier quelque chose qui était jusque-là  implicite». C’est l’avis du cardinal Christoph Schönborn,  archevêque de Vienne, lors d’un entretien avec le Père Antonio  Spadaro dans la revue jésuite Civilta Cattolica. Une interview  autour de l’exhortation apostolique du Pape François sur  l’amour et la famille rendue publique le 8 avril 2016.

Ce texte «est évidemment un acte du magistère» poursuit le cardinal Schönborn. «Il est clair que le Pape exerce ici son rôle de pasteur et de maître, de docteur de la foi, après avoir bénéficié de la consultation des deux synodes.»

Dans cet entretien, l’archevêque de Vienne le souligne, le Pape a «fondamentalement renouvelé le discours de l’Église», où les principes doctrinaux, les considérations du temps présent et les hommes sont en constante évolution. Car l’exhortation révèle une grande volonté à accueillir la réalité de nombreuses situations familiales différentes, avec leurs faiblesses. Et ce n’est pas un échec doctrinal selon le cardinal. «Le grand défi du Pape est justement de démontrer que ce regard capable d’apprécier, empreint de bonté et de confiance, ne nuit en rien à la force de la doctrine, mais fait partie de sa colonne vertébrale.»

Ce que veut surtout mettre en évidence le cardinal Schönborn, c’est que ce texte dépasse la question du «régulier» et «irrégulier». Le Pape regarde au-delà de la dichotomie entre «les familles qui vont bien et les autres qui ne vont pas bien», il regarde la réalité des situations car «nous sommes tous en chemin, nous sommes tous soumis au péché et nous avons tous besoin de miséricorde» rappelle le prélat. L’appel à la conversion «est aussi réel» dans une famille régulière que en «situation irrégulière».

Sur ce principe-là, le Pape clarifie tout à fait «la doctrine du mariage et des sacrements» poursuit le Cardinal. Il l’a dit lui-même, les Synodes sur la famille ne sont pas là pour définir un nouveau type général de droit canon applicable à tous les cas concernant la famille. Face à des réalités familiales différentes et parfois difficiles, le Pape appelle à un discernement personnel et pastoral au cas par cas. Car, rappelle le cardinal, comme l’avaient souligné Benoit XVI et Saint-Jean-Paul II aussi, «il n’y a pas de règle générale qui peut couvrir tous les cas particuliers».

(BH)

(Tratto dall’archivio della Radio Vaticana)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>