Amnesty dénonce des disparitions forcées en Egypte

egypte(RV) Entretien– L’Egypte est de nouveau pointée du doigt par Amnesty international. L’ONG affirme dans un rapport que la NSA, l’agence de sécurité égyptienne, enlève des étudiants, des manifestants pacifiques, et même des juristes, soupçonnés d’appartenir aux Frères Musulmans ou encore de préparer des attentats. Ces personnes seraient ensuite torturées pendant des semaines, parfois même des mois, sans que leur famille ne puisse savoir où ils se trouvent.

Une centaine de personnes aurait ainsi été victime de cette vague de répression. Selon l’ONG, la police égyptienne fait ce qu’elle veut sous les yeux d’une justice qui, à défaut d’être indépendante, se rend complice de ces exactions. Amnesty accuse également la communauté internationale, et notamment la France, d’être complice de la situation par son silence et sa coopération militaire avec l’Egypte, qui bénéficie de la vente d’armes et d’équipements de sécurité ; ces mêmes équipements qui seraient utilisés pour les tortures.

(Source Radio Vatican)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>