Audience générale : retour sur l’expérience de fraternité vécue aux JMJ

gmg(RV) Les audiences générales ont repris ce mercredi 3 août au Vatican, en salle Paul VI. Le Pape François, après la pause du mois de juillet, est largement revenu ce matin sur son récent voyage en Pologne à l’occasion des JMJ de Cracovie.

Les 31e Journées Mondiales de la Jeunsse ont retrouvé la Pologne, 25 ans après celles de Częstochowa, soit peu après la chute du rideau de fer, et des régimes communistes. Une époque lointaine pour la plupart des jeunes présents à Cracovie, tant le monde a changé depuis, mais dont ils ont hérité, en faisant germer un signal d’espoir ; une «fraternité» que François a pu constater lui-même au contact de jeunes venus du monde entier pour une fête haute en couleur, peuplée de visages, de langues, et d’histoires différentes.

«Ils sont aussi venus avec leurs blessures, leurs questions, mais surtout avec la joie de se rencontrer, et ont formé encore une fois, une mosaïque de fraternité.»

Côte à côte, des drapeaux de pays en conflit

Le Saint-Père garde une image emblématique de ces JMJ : l’étendue multicolore des drapeaux arborés par les jeunes, des drapeaux de pays en conflit qui se côtoyaient parfois les uns à côté des autres.

Les JMJ ont été une grande rencontre jubilaire. En pleine Année sainte, les jeunes ont accueilli le message de la Miséricorde pour l’emporter avec eux partout dans des œuvres spirituelles et corporelles. «Que le don que vous avez reçu devienne votre réponse quotidienne à l’appel du Seigneur», souhaite François en direction des jmjistes.

Au Sanctuaire de Czestochowa, la foi du peuple polonais

Le Pape évoque d’autres étapes de son voyage en Pologne : sa prière au Sanctuaire de Czestochowa, devant l’icône de la Vierge Marie dont le regard témoigne du lien indissoluble entre l’histoire du peuple polonais et la Croix du Christ. Un Sanctuaire où François a touché de sa main la foi des Polonais, gardien de l’espérance au-delà des épreuves. Histoire qui rappelle à l’Europe entière qu’elle ne peut avoir de futur sans ses valeurs fondatrices, au nombre desquelles la centralité de la vision chrétienne de l’homme.

À Auschwitz, le silence

Revenant sur une autre étape, au camp de concentration nazi d’Auschwitz-Birkenau, le Saint-Père évoque sa prière silencieuse. «Dans ce silence, j’ai senti la présence de toutes les âmes qui était passées par là, j’ai senti la compassion, la miséricorde de Dieu que quelques âmes saintes ont pu apporter jusque dans cet abysse. Dans ce grand silence, j’ai prié pour toutes les victimes de la violence et de la guerre.» Cette «guerre en morceaux» que François a déjà évoqué à plusieurs reprises, et qui, dit-il, «menace le monde».

Jeux Olympiques : mener le bon combat

A la fin de l’audience, le Pape a salué les Brésiliens à l’avant-veille de l’ouverture des Jeux olympiques de Rio. «Dans un monde assoiffé de paix, de tolérance et de réconciliation, je souhaite que ces Jeux Olympiques  puissent inspirer les sportifs et les spectateurs à mener ensemble le bon combat, qui est de terminer ensemble la compétition, avec le désir d’un don plus précieux qu’une médaille : la réalisation d’une société solidaire, fondée sur la reconnaissance d’une unique famille humaine, indépendamment des différences de culture, de couleur ou de religion.»

Le Pape a également évoqué son déplacement demain après-midi à Assise, où il priera devant la Portioncule à l’occasion du huitième centenaire du « Pardon d’Assise », demandant aux fidèles de l’accompagner par la prière en invoquant l’intercession céleste de saint François.

Enfin, le Saint Père a rendu un double hommage : à la journaliste de la télévision italienne Anna Maria Jacobini, décédée pendant les JMJ, probablement d’un infarctus, et à une jeune « Jmjiste » italienne, Susanna, décédée à Vienne d’une méningite foudroyante sur le chemin du retour de Cracovie. «Que le Seigneur qui l’a certainement accueillie, apporte réconfort aux parents et à ses amis», a déclaré le Pape François.

Après l’audience, le Pape a salué 65 enfants réfugiés, originaires de Syrie et d’Érythrée, qui sont hébergés au centre d’accueil de Castelnuovo di Porto, où le Pape avait célébré la messe du Jeudi Saint, le 24 mars dernier.

(CV-JCP)

 

(Tratto dall’archivio della Radio Vaticana)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>