Méditation pour le 21ème Dimanche du Temps ordinaire

6 sermon_montagne_bloch-5a16aFrères et sœurs,

Les lectures de ce dimanche nous parlent du salut éternel que Dieu veut nous accorder, et de la manière  pour l’obtenir.

Isaïe, dans la première lecture, nous fait savoir que le Seigneur accueillera et rassemblera de nombreux hommes et femmes dans la terre promise, en provenance des diverses nations. Car il est le Dieu de tous les peuples, et non pas seulement du peuple élu ; pour lui, même les étrangers ont les mêmes droits et privilèges que le peuple élu. En effet, il promet même de choisir des prêtres et lévites parmi les étrangers.

Dans la deuxième lecture, l’auteur de la lettre aux Hébreux nous met en garde contre le laisser aller. Il dit: ne néglige pas les leçons du Seigneur, ne te décourage pas quand il te fait des reproches. L’évangile ne va-t-il pas dans le même sens, lorsqu’il invite à entrer par la porte étroite ?

En effet, la question posée à Jésus pour savoir s’il n’y aura que peu de gens à être sauvés, cache une assurance naïve d’avoir déjà acquis le salut, par le simple fait d’appartenir au peuple élu, sans fournir aucun effort. Jésus  met en garde son interlocuteur en évoquant des justifications qui seront entendues au dernier jour : nous avons mangé et bu en ta présence, tu as enseigné sur nos places… Pour Jésus cela ne suffit pas. En effet, ces justifications ne contiennent aucun engagement personnel d’adhésion à son enseignement et ne montrent aucun désir de conversion.

A la question qui lui est posée, Jésus ne donne pas une réponse statistique, qui du reste ne servirait à rien. Sa réponse est claire : le royaume de Dieu s‘acquiert par l’effort. Bien qu’on fasse partie du peuple élu ou qu’on ait une pratique régulière du culte, l’on doit en plus se convertir et cesser de commettre l’iniquité pour mériter le royaume. La pratique religieuse n’a de sens que si elle s’accompagne des actes concrets de charité et de justice.

Ce qui importe donc c’est d’assimiler l’enseignement que Jésus donne et qui se résume dans le commandement de l’amour de Dieu et de notre prochain. Il s’agit d’un amour concret qui se montre dans les actes, même les plus difficiles ou ceux qui exigent des sacrifices ou le renoncement à nous-mêmes, au quotidien. Sans cet effort quotidien ceux qui se croient premiers courent le grand risque de rater le royaume et d’être les derniers.

Bien qu’étroite, la porte du Royaume est encore ouverte pour nous accueillir. Notre temps étant bien limité, œuvrons donc pour mériter de passer par cette porte et ainsi entrer dans le Royaume. Prions frères et sœurs, pour que le Seigneur nous donne la grâce et la force d’accomplir sa sainte volonté à chaque instant, et à ne pas dormir sur nos lauriers, Amen. (JPB)

(Tratto dall’archivio della Radio Vaticana)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>